La motorisation de portail répond à un besoin de sécurisation des personnes et de leurs biens. C’est une opération plutôt simple à réaliser à condition d’avoir l’équipement adapté à disposition. Il en va de l’optimisation des performances du système domotique à installer. Toutefois, la diversité des modèles utilisés à cette fin rend le choix plus complexe. Il est donc préférable de se baser sur des critères pertinents afin de prévenir d’éventuelles déceptions. Voici quelques-uns d’entre eux à travers le présent article.

Tenir compte de son type de portail pour choisir la motorisation

Type de motorisation de portail

Il y a autant de systèmes de motorisation qu’il n’y a de types de portail. Un mauvais choix pourrait donc entraîner des dysfonctionnements importants. Il faut donc se référer aux caractéristiques du portail pour bien choisir sa motorisation. Les éléments essentiels à prendre en compte sont entre autres : le poids du portail, sa vitesse ainsi que son sens d’ouverture.

Les portails en PVC ne sont donc pas toujours pratiques pour la motorisation, puisque leur niveau de résistance est relativement faible. Par défaut, les spécialistes recommandent l’installation de système à moteur portail coulissant, puisque qu’il offre plus d’assurance. Néanmoins, il est tout à fait possible de motoriser un portail en PVC grâce à l’ajout d’ossature en acier.

Motorisation pour un portail a deux battants

Pour la motorisation d’un portail avec deux battants, vous avez le choix entre un dispositif à vérin ou un système de motorisation à bras. Chacun d’eux a des atouts différents, dont il vous faut absolument tenir compte pour bien choisir.

Si le système à bras peut être utilisé, quelles que soient les caractéristiques du portail, celui à vérin est plus pratique pour les portails lourds. Le mode de fixation est toutefois identique à quelques différences près. Les mêmes critères de sélection peuvent donc être pris en compte. On s’intéressera par exemple à la fréquence d’utilisation du portail, à sa vitesse d’ouverture, sans oublier le système d’alimentation.

Motorisation pour un portail coulissant

Les portails de type coulissants sont très souvent associés au système de domotique. Toutefois, le choix de votre formule de motorisation doit tenir compte de certains éléments. On prêtera donc une attention particulière aux transmissions effectuées par la crémaillère. L’entretien à y consacrer est toutefois fonction de la matière constitutive de l’engrenage.

Il faut également veiller au choix du rail de guidage du portail, car de sa forme dépend le taux d’accumulation des obstacles. Le modèle triangulaire bénéficie généralement de plus de crédits en comparaison à celui à forme carrée. Le rail de forme circulaire est également envisageable. Pour finir, on évoquera les modes d’ouverture exploitables selon le système de motorisation de portail coulissant choisi. Il existe en effet pour certains modèles la possibilité d’ouvrir partiellement le portail (il s’agit de la fonction piéton).

Le système de débrayage

En cas de coupure réseau, le système de motorisation cesse de fonctionner. Vous devriez donc rester dehors ; ce qui avouons-le n’est pas très agréable. Heureusement, grâce à un système de débrayage, le relais est assuré, et vous pouvez ouvrir votre portail en toute simplicité. Deux options sont à envisager.

Vous pouvez ainsi choisir entre : un système de débrayage alimenté par un générateur de 230 Volts, ou un système de débrayage de basse-tension. La première option (système de débrayage 230V) découle sur une ouverture manuelle du portail. Alors que la seconde requiert l’installation d’une batterie de secours. L’alimentation de cette dernière peut être faite par un chargeur de tension adapté ou par un panneau solaire. Il faut donc en prévoir l’installation dès la phase de préparation des travaux. En mode débrayage, vous avez donc le choix entre une ouverture manuelle ou en exploitant le générateur de secours.

Les différents systèmes de pilotage du portail motorisé

Un portail automatisé peut s’ouvrir grâce à plusieurs systèmes de pilotage. Les plus utilisés sont : le boîtier à clé et la télécommande. Chacun de ces dispositifs peut se révéler avantageux selon les besoins que vous avez. Grâce à la télécommande par exemple, vous pouvez ouvrir votre portail depuis votre véhicule. On gagne ce faisant un temps considérable. En revanche, elle peut se révéler défectueuse nécessitant donc une réparation ou un changement de batterie.

Pour ce qui relève de la boîte à clé, même si le système est très peu répandu, il mérite qu’on s’y intéresse. En effet, il offre une meilleure garantie en termes de résistance. En plus, le propriétaire a la possibilité de manipuler son système à sa convenance. Par ailleurs, l’ouverture partielle est possible avec ce type de dispositif. Précisons que son utilisation n’est possible que depuis l’extérieur de la maison, ce qui apporte un plus pour la sécurité. Son utilisation n’exclut toutefois pas la possibilité d’utiliser le système de pilotage à distance. C’est d’ailleurs ce qui est recommandé.

Tenir compte des normes sécuritaires

L’installation d’un système de motorisation de portail doit se faire dans le respect de la norme NF EN 1341-1. Il faut donc choisir son kit de motorisation en se référant aux critères prescrits par cette règle. Il est aussi important de trouver à l’avance un fournisseur agréé auprès duquel vous vous achèterez vos pièces de rechange. L’avis d’un professionnel pourrait donc vous être d’une aide précieuse.

Bien choisir votre motorisation de portail vous permet de faire beaucoup d’économies, notamment celle relative au paiement d’un agent de sécurité. Mais, il est important une fois qu’on l’a installé de sensibiliser les usagers sur son mode de fonctionnement ainsi que les précautions à prendre. Il en va de la sécurité de tous.

Partager sur :