Depuis la mise en application de la règlementation thermique 2012, toutes les maisons neuves doivent posséder au moins 1/6 de surfaces vitrées, soit 17% de la surface de l’habitation. Ce chiffre s’impose comme le minimum réglementaire pour réduire les besoins d’énergie des bâtiments résidentiels même en zone froide. Aussi, à chaque propriétaire d’habiller ses fenêtres et baies vitrées tout en gardant à l’esprit la notion de consommation énergétique.

Quel matériau pour sa baie vitrée ?

Le bois reste un trés bon isolant bien qu’il demande un entretien régulier et minutieux. Le PVC, bien que davantage utilisé pour les fenêtres convient bien pour les baies vitrées. Il peut être associé à de l’aluminium afin de le renforcer. On trouve aussi sur le marché des solutions associant le bois et l’aluminium. Grâce à sa résistance aux intempéries, l’aluminium se placera à l’extérieur. Quant au bois, excellent isolant naturel, il trouvera sa place à l’intérieur. Cependant l’aluminium seul reste le matériau le plus utilisé en matière de baies vitrées. Il est à la fois facile d’entretien, esthétique et rigide. Les baies vitrées en alu ont en effet gagné le marché.

Quel verre choisir ?

Le double vitrage se présente depuis plusieurs décennies comme la solution idéale pour une isolation thermique parfaite. Cette perfection peut parfois être davantage accomplie avec le triple vitrage, lequel utilise trois parois vitrées. Les économies d’énergie par rapport au double vitrage sont cependant substantielles. Enfin, on peut trouver sur le marché des vitrages peu émissifs. Cela signifie que la  couche d’oxyde métallique présente sur le vitrage retient les calories solaires. Les économies de chauffage sont donc importantes ainsi que les économies de climatisation.

En effet, n’oublions pas que si les baies vitrées font rentrer très agréablement le soleil en hiver, elles le laissent aussi rentrer en été. D’où l’intérêt de bien choisir son équipement.

Partager sur :